Le RAF augmenté : une redéfinition nécessaire du rôle de RAF

Dernière mise à jour : 11 nov. 2021


Responsable (RAF) ou Directeur (DAF), quelles que soient ses responsabilités ou fonctions officielles, le rôle du manager financier est en pleine (r)évolution. Loin d’être cantonné à la gestion financière stricto sensu, il est de plus en plus intégré aux autres équipes opérationnelles en tant que business partner, et devient un appui, tant pour aider les dirigeants à établir une stratégie, que pour accompagner différentes transformations nécessaires aux entreprises (digitalisation, RSE, écologie, gestion de la croissance, COO). Dans le contexte spécifique des startups et des scale-ups en forte croissance, cette polyvalence du RAF est plus que nécessaire et devient un réel atout : il forme ainsi avec le CEO le duo stratégique essentiel à la réussite.



Un rôle transversal renouvelé


Les difficultés économiques engendrées par la crise de ces derniers mois ont confirmé une tendance déjà observée : le RAF voit son champ d’action s’élargir.

Pour répondre aux incertitudes conjoncturelles, il assure d’abord le suivi de la trésorerie (suivi des stocks, des créances clients, etc.), redevenu un point essentiel dans la gestion quotidienne des entreprises. Il donne notamment de la visibilité à l’ensemble des équipes et au management, élément essentiel pour prendre les bonnes décisions et éviter de se retrouver en cessation de paiement. Il joue un rôle central également auprès des partenaires, comme les banquiers ou les investisseurs, en proposant des plans de financement, une gestion de trésorerie claire et un business plan formulé selon différentes hypothèses. Autant d’éléments à même de les rassurer et de préparer le futur.

Le RAF doit par ailleurs se rapprocher des équipes opérationnelles pour être au plus près des problématiques budgétaires et ainsi proposer plus rapidement des solutions adaptées. Par exemple, le rapprochement avec les équipes de ventes et de marketing peut permettre de redessiner la stratégie commerciale, en retravaillant les marges (analyse du cycle de vente, des coûts, politique de prix) ou en identifiant les produits qui ont le plus de succès dans un contexte particulier de crise. Il ne lui suffit plus d’être un bon technicien, il doit être en lien avec les autres fonctions de l’entreprise, comprendre leurs problématiques, et apporter un éclairage et des solutions.

Dans le contexte particulier des startups et PME/ETI fortement innovantes, le rôle du RAF gagne également en transversalité, ce qui l’oblige à endosser, pour accompagner la croissance, les rôles de COO (Chief Operating Officer), de RH, de chief of staff, d’aide juridique, et ainsi devenir l’élément pivot de l’entreprise, en attendant de pouvoir renforcer chacune de ces fonctions.


On attend donc du manager financier qu’il apporte une vision claire sur la santé financière de l’entreprise (reporting, état à date, prévisionnel) et mette en place les processus ad hoc, notamment à l’aide d’outils numériques de plus en plus performants, qu’il se doit de maîtriser. Cette digitalisation du métier, incontournable, implique une nécessaire appétence des RAF pour les outils numériques au service de la finance. On attend du RAF qu’il soit le maître d’œuvre du déploiement d’outils adaptés et lisibles pour toutes les autres fonctions au sein de l’entreprise, que ces outils soient “sur étagère” (outils du commerce) ou via le développement de processus automatisés sur-mesure (notamment grâce à la révolution No Code qui est en marche).


Une flexibilité au service d’une équipe


Le RAF sort donc de son domaine réservé et s’intègre davantage au travail d’équipe.

Ce nouveau responsable financier qui émerge est de plus en plus intégré à l’ensemble des équipes et apporte une valeur ajoutée aux missions des différents services. Sans perdre de vue les compétences techniques qui lui sont propres, le RAF accroît son investissement dans les projets menés et le développement de nouveaux outils pour répondre au mieux aux besoins. C’est donc une personne ressource dont l’agilité et la visibilité profitent à tous. Ses outils, qu’ils soient nécessaires à la gestion du compte bancaire ou de la comptabilité, ou bien aux prévisions budgétaires, peuvent être utiles à toute l’équipe, du commercial à la direction en passant par le marketing. On attend du RAF qu’il apporte désormais cette valeur ajoutée.

Cependant, la mise à disposition de ces outils financiers va de pair avec une vulgarisation et une interprétation des données. En effet, pour apporter une réelle valeur ajoutée, le RAF met les fruits de son travail à la portée de tous, en les rendant exploitables via des plans prévisionnels, des propositions d’actions et des créations d’outils nouveaux. Il doit donc savoir s’adapter aux besoins de l’équipe pour accompagner l’évolution des outils et des pratiques et mener un véritable pilotage. Pour atteindre ces nouveaux objectifs, les RAF doivent donc également intégrer un certain nombre de soft skills qui lui permettront de communiquer efficacement avec l’ensemble des acteurs intéressés.


Les softs skills au service du travail collaboratif


De nouvelles compétences sont recherchées pour être en adéquation avec cette fonction redéfinie.

Pour s’impliquer efficacement dans les différentes missions qui lui sont désormais affectées, le RAF met à profit ses compétences relationnelles au sein du travail d’équipe. En effet, en connaissant mieux les équipes, y compris pour un RAF externalisé (RAF en temps partagé), et en étant mieux intégré aux projets, il sera capable de répondre avec réactivité aux besoins. On cherchera des profils aptes à former les collaborateurs à de nouveaux outils et à s’engager dans des démarches pédagogiques, de manière à ce que les données financières soient à la portée de tous et facilement exploitées.

Les startups ont bien compris les nouvelles missions transversales de cette fonction et se projettent dans le recrutement de personnes plus polyvalentes, plus agiles, capables de s’adapter aux évolutions du métier. Ainsi, les recruteurs ne perdent pas de vue une vision globale de l’équipe, avec une nécessaire complémentarité des profils et sont amenés à inventer de nouveaux schémas de recrutement pour mieux valoriser cette dimension humaine du métier de RAF en s’ouvrant à d’autres formations et d’autres parcours.

103 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout